Entretien avec l'équipe de localisation

Ecrit par Apophis, le 23-10-2012

Le site officiel de Blade & Soul nous propose un article reprenant  un entretien avec l'équipe de localisation occidentale du jeu. Remarquons d'abord que nous parlons bien de localisation et non d'une simple traduction, cette équipe s’efforçant de rendre le jeu accessible au joueur occidental tout en préservant autant que possible le folklore asiatique très marqué constituant la base de ce MMO. Au passage, les trois membres de cette équipe nous donnent leurs impressions sur B&S, depuis le système de combat jusqu'au choix des races et des classes.

Retrouvez cet entretien en intégralité dans la suite de cette news.

Citation

Rencontre avec l'équipe

Pour faire découvrir Blade & Soul® aux joueurs occidentaux, traduire les dialogues coréens ne suffisait pas. Cette mission nécessitait bien plus qu'une équipe de développement ordinaire. Pour la localisation de Blade & Soul, NCSOFT® s'est appuyé sur le talent de nombreux vétérans de l'industrie. Trois d'entre eux, le rédacteur de contenu principal Conor Sheehy, la responsable localisation Jiyoung Lee et le producteur associé Devin Myren, sont venus nous parler du défi que représente l'adaptation du jeu pour une audience occidentale.

"Je travaille pour NCSOFT depuis bientôt cinq ans. J'ai participé à presque tous les gros projets de NCSOFT de ces dernières années", commente Conor. Devin, lui, a rejoint NCSOFT il y a peu de temps, après avoir commencé sa carrière chez Electronic Arts, passant du contrôle qualité au poste de producteur associé.

"J'ai travaillé dans le marketing et j'ai été producteur associé sur Emil Chronicle Online. J'ai une grande expérience dans l'évaluation des jeux. Je teste les jeux en cours de développement et je sélectionne les meilleurs pour les proposer à nos audiences", explique Jiyoung.

"Je travaille avec les directeurs des autres départements, édition ou gestion de projet par exemple, pour établir des plannings et veiller à ce qu'ils soient respectés", explique Devin. "Je passe beaucoup de temps à définir ce qui doit être fait par chacun et à vérifier que tout le monde a les éléments qu'il faut pour travailler et transmettre le projet dans de bonnes conditions à la personne suivante. Si une partie du processus casse, c'est à moi de la réparer".

Si tous les trois ont déjà travaillé sur des MMORPG asiatiques, seule Jiyoung est coréenne : Devin est californien et Conor vient d'Angleterre. Guidée par Jiyoung, l'équipe de développement a fait une formation accélérée en culture coréenne : "Nous nous sommes immergés autant que possible dans la littérature asiatique. J'ai lu des romans de wuxia, j'ai regardé d'innombrables films d'arts martiaux et j'ai étudié la localisation d'autres jeux vidéo présentant les mêmes contraintes. J'ai particulièrement aimé faire des recherches sur la façon dont le studio Ninja Theory avait adapté le roman classique chinois Le voyage en Occident. Nous avons beaucoup appris, à la fois sur le genre lui-même, mais aussi sur la façon de le présenter à une audience occidentale".

En fait, Blade & Soul étant déjà un jeu à part entière, le plus gros travail des développeurs de NCSOFT West consiste à veiller à ce que certains des aspects les plus subtils du jeu soient transposés correctement, autant d'un point de vue linguistique que culturel. L'équipe se réunit régulièrement pour passer en revue la terminologie et voir en quoi elle peut aider à définir l'identité du jeu. "C'est là que réside l'esprit du jeu", commente Jiyoung. "Le monde de Blade & Soul est un mélange de culture coréenne, chinoise et japonaise. Je les connais bien car j'ai grandi avec ces histoires, mais je suis consciente que ce folklore est complètement inconnu des joueurs nord-américains ou européens. S'ils n'ont pas les clés pour comprendre pourquoi ce PNJ est très important ou à quel point ce monstre peut être terrifiant, ils ne pourront pas s'immerger dans le jeu de la même façon qu'un joueur asiatique."

Conor a un exemple qui provient d'un cimetière dans les premiers niveaux du jeu : "Il y a des monstres dans Blade & Soul qui s'appellent les Jiangshi. Ils sont très connus dans le folklore chinois". Ce sont des sortes de zombies qui se déplacent en sautillant. Dans le jeu, ils drainent le Qi. "Pour un Occidental, ils ont l'air un peu ridicule. C'est notre travail de faire en sorte que les joueurs comprennent le monde tel qu'il a été conçu. Nous prenons cette mission très au sérieux".

Les différences culturelles sont évidemment un problème majeur et il pourrait être tentant d'occidentaliser le jeu de façon très directe, en rebaptisant par exemple les Jiangshi "vampires sautillants", mais NCSOFT West et Team Bloodlust tiennent à préserver l'identité si singulière de Blade & Soul.

"Nous travaillons très étroitement avec Team Bloodlust", ajoute Jiyoung. "Cela fait déjà quelque temps que nous collaborons sur les versions en interne du jeu et cet été, Conor et moi avons eu l'opportunité d'aller en Corée pour les rencontrer. Nous avons eu des discussions très productives sur de nombreux aspects techniques et culturels de la localisation. À la fin du voyage, nous étions tous d'accord pour donner à NCSOFT West toute la marge de manœuvre nécessaire pour rendre le jeu attractif aux utilisateurs occidentaux tout en préservant l'esprit d'origine".

"Nous nous efforçons de suivre les objectifs définis avec Team Bloodlust au cours de ces réunions", ajoute Conor. "Tout d'abord, respecter l'ambiance asiatique. Ensuite, comprendre le jeu dans son contexte original. Et enfin, créer un monde passionnant rempli de personnages fascinants et suscitant des émotions réelles".

Entre les réunions sur la localisation, l'équipe a eu le temps de jouer au jeu à proprement parler. D'ailleurs, la plupart des captures d'écran de la section Médias du site de Blade & Soul proviennent de ces sessions. "J'ai passé une grande partie de ma jeunesse à jouer à Tekken et à Mortal Kombat. Le système de combat de Blade & Soul est assez similaire en termes de rythme et de dextérité", commente Devin.

"Le système de combat, c'est ce qui m'a le plus surpris", renchérit Conor. "Ça m'a pris un peu de temps pour m'habituer. Mais ensuite, revenir à une méthode de contrôle plus conventionnelle m'a paru incroyablement ennuyeux. Je pense que ça va être l'un des aspects les plus intéressants du jeu. Je suis impatient de voir comment les joueurs occidentaux vont adapter leur style de combat et leurs personnages aux différents ennemis".

Dans la pratique, l'équipe a tendance à jouer des classes qui utilisent au mieux la complexité du système de combat : Devin est un fan de l'Escrimeur, alors que Conor préfère le Kung-Fu Sifu. "C'est l'une de classes les plus destructrices de Blade & Soul", se justifie Conor. "Elle s'appuie sur la capacité de disruption, de contre et de dégâts bruts. Placer une contre-attaque au bon moment et balayer les trois ennemis en face de moi ? Je ne m'en lasse pas !".

Chacun a sa race favorite, même si elle ne se combine pas forcément avec ses préférences en termes de classes. "J'adore les Lyns, nous dit Conor, surtout leur façon de sauter quand ils courent !" Ils ont l'air si agiles. J'adore les faire sauter au bord des lacs ou des falaises ". Devin préfère les Gons : "Les mâles sont massifs et musclés, alors que les femelles combinent puissance et grâce". Jiyoung préfère également les Gons, mais pour d'autres raisons : "Le Destructeur est ma classe préférée. J'adore brandir cette énorme hache pour assommer plusieurs monstres à la fois. C'est une sensation très agréable".

"Nous pensons vraiment que Blade & Soul va surprendre agréablement les joueurs occidentaux", ajoute Devin. "Ce système de combat intuitif, cette ambiance asiatique et ce scénario captivant, c'est tout simplement la première fois qu'un tel MMO est proposé à une audience occidentale".

Source

1 commentaire

Blade & Soul® content and materials are registered trademarks of the NCSoft Corporation. All rights reserved.
Copyright © 2010 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Coxie Template: Cypher, Code: JB